Member log in/out, edit profile or change password


Candidats au titre d'entrepreneur forestier
exceptionnel de l'année 2021

Le Forum canadien des opérations forestières aimerait féliciter tous les entrepreneurs forestiers et leur personnel qui sont en nomination pour ce prix!

Cette nomination témoigne de votre engagement à une performance environnementale responsable, à la sécurité et à la formation de vos employés ainsi qu’à des pratiques commerciales professionnelles.

Les finalistes 2021 sont :

  • A.K. Goodwin Enterprises Ltd. - John Goodwin, Southhampton, (N.-É.)
  • Kelcro Logging Ltd. - Kelly Crosthwaite, Boundary Creek, (N.-B.)
  • Hudson Harvesting Inc. - Dan Hudson, Penniac, (N.-B.)
  • STAO Foresterie Ltee. - Steve Landry, Saint-Joseph de Madawaska, (N.-B.)
  • MIRA Forestry Development Ltd. - Gary Reginato, Albert Bridge, (N.-É.)
  • Gosson Enterprises Limited - Steve Gosson, Saint John, (N.-B.)

Le FCOF est fier d’appuyer les professionnels forestiers d’aujourd’hui!


ENTREPRENEUR FORESTIER DE L’ANNÉE 2021 - PROFIL DES FINALISTES


STAO Foresterie Ltée

Steve Landry, St-Joseph de Madawaska, Edmundston, (N.-B.)

Mis en nomination par Acadian Timber

Basée à St-Joseph-de-Madawaska, STAO Foresterie Ltée travaille à temps plein comme entrepreneur pour Acadian Timber, principalement dans le district de Rivière-Verte, au Nouveau-Brunswick. Le propriétaire, Steve Landry, nous explique que de travailler dans le bois n’était pas dans ses projets lorsqu’il a quitté l’école, et que ce n’est que quelques années plus tard qu’il a décidé de se joindre à l’entreprise forestière de son père, en 1999, comme opérateur/mécanicien, puis comme superviseur. Avec une décennie d’expérience et le soutien de sa famille, Steve a décidé d’acheter l’entreprise de son père en 2010. Ce dernier travaille encore à temps partiel comme opérateur de machinerie et l’épouse de Steve s’occupe de la comptabilité.

Aujourd’hui, STAO emploie six opérateurs à temps plein et un à temps partiel sur deux quarts de travail selon un horaire de 110 heures par semaine, récoltant 75 000 mètres cubes de bois par année avec deux abatteuses multi équipées de scies supérieures et de deux porteurs (un à temps plein et l’autre à temps partiel). Avant 2017, l’entreprise travaillait surtout dans les peuplements résineux, mais lorsqu’une occasion s’est présentée, Steve a modifié sa combinaison d’équipement et a développé une expertise dans les prescriptions pour les peuplements feuillus et mixtes. Acadian Timber est responsable de l’établissement des blocs et fournit les critères de prescription, qui sont communiqués aux opérateurs; la plupart des travaux se font sans rubanage, les opérateurs utilisant la navigation GPS sur des tablettes dans les abatteuses et les porteurs.

Lors de la visite, STAO travaillait dans un bloc de feuillus où la pente variait de 25 à 35 %, effectuant une coupe de l’étage dominant en bas du chemin et du jardinage par bouquets en haut du chemin. Quatorze produits différents ont résulté des travaux, sans compter le bois à pâte résineux. Pour assurer la sécurité et l’efficacité, Steve parcourt les blocs avant les machines, communiquant les problèmes à ses opérateurs. Considérant la complexité des essences, des tris et des traitements, le niveau de communication et de formation à l'interne est critique pour atteindre une qualité et une production de niveau supérieur.

Steve a un côté très pratique et est sur le chantier six jours par semaine. Selon sa philosophie, son rôle est d’abord d’appuyer ses opérateurs pour qu’ils atteignent leurs cibles de qualité et de production. La moitié des opérateurs peuvent travailler à la fois avec les abatteuses et les porteurs, ce qui facilite l’équilibre du travail. Comme les autres entrepreneurs efficaces, Steve offre des conditions de travail supérieures à la moyenne (salaires et avantages) et le transport est fourni par des camionnettes « crew cab » à partir de la base d’attache. Ceux qui travaillent avec lui le décrivent comme un vrai « gentleman » qui les traite tous avec respect.

Quand il s’agit de sécurité et de performance environnementale, Steve affirme qu’ils ne « prennent pas de raccourcis » dans son entreprise. Sa préoccupation pour la sécurité est évidente, comme en témoignent les nombreuses années sans accident avec perte de temps! Grâce à une équipe qualifiée et expérimentée, appuyée par un programme d’entretien rigoureusement programmé et un camion de service très bien organisé, les pertes de production dues aux pannes sont minimales. L’achat en gros des fournitures consommables aide à limiter les coûts. Steve a développé son propre système de suivi de la production et des livrables, de l’entretien préventif et des réparations, ce qui lui permet de gérer son entreprise dans un objectif de rentabilité : il connaît bien ses chiffres.

La majeure partie de sa production est transportée par des camions autochargeurs en sous-traitance, pour s’assurer qu’elle se rend aux clients rapidement.

Une visite à ses chantiers permet de constater la fierté qui se dégage de tous les aspects de son entreprise. Selon Steve, les perspectives de l’industrie sont positives et soutenues et les possibilités de croissance sont nombreuses, mais tout dépendra de la capacité de l’industrie à attirer et à retenir une main-d’œuvre qualifiée.



Kelcro Logging Limited

Kelly Crosthwaite, Boundary Creek (N.-B.)

Mis en nomination par la division forestière de JD Irving

Pour un homme de moins de 40 ans, Kelly Crosthwaite compte une longue expérience dans l’industrie forestière. Entrepreneur de longue date pour JD Irving (JDI), Kelcro Logging Ltd. a commencé ses activités avec un débardeur à pince en 2000, puis a ajouté une abatteuse-groupeuse en 2003. En 2007, il prend un virage majeur en investissant dans une nouvelle déchiqueteuse à fléaux, qui est la base de ses activités depuis. Aujourd’hui, il exploite une abatteuse-groupeuse, deux imposants débardeurs à pince et deux déchiqueteuses à fléaux – une en forêt à temps plein et l’autre à la cour de JDI Sussex à temps partiel. Sauf pour un camion à remorque-plateau, Kelcro Logging Ltd. laisse le camionnage à d’autres entrepreneurs.

Kelly est un gestionnaire qui met la main à la pâte : on le trouve sur le chantier tous les jours. Des membres de sa famille composent près de la moitié des 13 employés de l’entreprise. Le bureau est dirigé par la mère et la sœur de Kelly, qui s’occupent du suivi des coûts et des livraisons, de la paie et de la comptabilité. Deux neveux sont des chefs d’équipe à temps plein; l’un s’occupe de l’entretien et l’autre est un homme à tout faire. Le père de Kelly, presque retraité, contribue à la gestion et à l’analyse des données. Traiter plus de 180 000 tonnes par année, c’est beaucoup à gérer.

Avec ce type de combinaison d’équipement, on pourrait penser qu’il fait simplement des coupes à blanc, mais l’entreprise fait régulièrement du jardinage par pied d’arbre et par bouquet ainsi que des coupes par bande. La météo a plus d’incidence sur ses activités que sur la production habituelle de bois rond, quand il s’agit d’amener le bois et les camions à la déchiqueteuse. C’est l’opérateur de l’abatteuse-groupeuse qui décide si le site est trop mou pour travailler; il doit alors, pour appuyer le travail des débardeurs à pince, faire des groupes de tiges plus petits ou interrompre les opérations jusqu’à ce que le site soit sec ou gelé. Le tri est la principale tâche de la groupeuse, et bien que sa productivité soit réduite, le travail des débardeurs et de la déchiqueteuse peut être optimisé. Les débris de déchiquetage sont retournés sur le site. Toutes les machines hors route disposent d’une tablette pour indiquer leur position GPS et les importantes caractéristiques du site.

Faire circuler les camions, voilà la clé. Les changements de couteaux et de fléaux se font lorsqu’il y a une pause entre les camions ou à la fin du quart de travail. La production moyenne est de 85 chargements de copeaux par semaine, en plus de tous les autres produits de bois ronds en bordure de chemin. L’entretien se fait à l’interne, généralement en dehors des quarts de travail (vendredi et samedi après-midi), ou entre les camions pour maximiser le taux d’utilisation. Le carburant est expédié de l’atelier dans de grands réservoirs amovibles.

L’âge des membres de l’équipe de Kelly varie de 18 à 25 ans, ce qui est plutôt inusité ces temps-ci en forêt. La communication au travail est omniprésente pour garder la sécurité, l’environnement et la production à l’esprit de tous. Les nouveaux employés sont intégrés à la production de façon progressive – « ils doivent comprendre le fonctionnement de toutes les pièces mobiles » - d’abord par l’observation, puis à temps partiel sur une machine dans une transition vers le temps plein. La plupart des opérateurs ont une formation polyvalente et tous se rendent de l’atelier aux chantiers dans des véhicules de l’entreprise.

En mettant l’accent sur le contrôle des coûts et l’entretien préventif, Kelcro Logging Ltd. met la barre haute dans tous les aspects de ses activités.


Hudson Harvesting Inc.

Dan Hudson, Penniac, (N.-B.)

Mis en nomination par la division forestière de JD Irving

Notre prochain candidat se nomme Dan Hudson, de Hudson Harvesting Inc., basé à Penniac, au Nouveau-Brunswick. L’expérience de Dan avec la machinerie découle de son enfance sur une ferme et de son travail dans le boisé familial, mais il a pris une autre voie pour devenir entrepreneur en récolte. Il a étudié la foresterie à UNB, a travaillé en sylviculture pendant trois ans et a été superviseur de 2012 à 2014 pour la division forestière de J.D. Irving. C’est à ce moment que l’éclaircie commerciale (ÉC) a pris de l’ampleur, et il a vu cela comme une possibilité pour fonder sa propre entreprise. Il a acheté sa première abatteuse multi, une Komatsu 901, en 2014, en a ajouté une autre en 2016 puis un porteur en 2019, travaillant pour JD Irving, principalement dans la région de Chipman.

La passion de Dan est de faire prospérer son entreprise. Il connaît ses chiffres et garde son équipe informée par des réunions informelles quotidiennes. La sécurité est toujours sa priorité, comme en témoigne l’absence d’accidents avec perte de temps depuis sept ans qu’il est en affaires. Il est au travail tous les jours et opère toujours une machine trois heures par jour.

Il a développé une approche unique pour le fonctionnement des trois machines selon un horaire à plusieurs quarts de travail, dans le but d’atteindre une utilisation maximale. L’une des abatteuses a un horaire de 9 + 10 + ses 3 heures, et l’autre opère sur trois quarts de travail (de 6 h à 14 h, de 13 h à 21 h (chevauchement) et le quart de nuit, de 21 h à 6 h). Le porteur travaille de 5 h à 15 h et fait un quart de nuit de 10 heures, qui commence entre 15 et 19 h. Les opérateurs préfèrent conserver leurs quarts de jour ou de nuit plutôt que d’échanger toutes les semaines ou les deux semaines. Cette approche donne du temps en famille aux opérateurs et les quarts réguliers de 8 à 10 heures machines mènent à une forte productivité.

En plus de l’horaire à plusieurs quarts, l’entreprise offre une rémunération supérieure à la moyenne, un système de bonis pour l’atteinte de cibles de qualité et de productivité, des prestations de maladie, une politique sur les heures supplémentaires et le transport fourni vers le chantier; tous ces facteurs contribuent à un roulement minimal du personnel. Des séances de perfectionnement régulières aident les opérateurs à atteindre constamment les cibles de productivité.

L’épouse de Dan travaille aussi dans l’entreprise à la tenue de livres, au suivi des coûts et des données financières ainsi qu’à la livraison de pièces au besoin. Les machines sont généralement remplacées aux trois ans pour maximiser leur utilisation et contrôler les coûts d’entretien.

L’entretien se fait à l’interne dans la mesure du possible, et tous les opérateurs ont des tâches régulières à cet égard. Une remorque de service bien équipée offre les outils nécessaires ainsi qu’un stock des pièces les plus utilisées.

Les opérations d’éclaircie commerciale sont difficiles en raison de la taille des arbres, en particulier compte tenu de la fluctuation des marchés de la pâte de résineux. Lorsque nous avons visité les opérations, pour aider à la production du porteur, les opérateurs d’abatteuses faisaient de plus grosses piles lorsque c’était possible.

L’entreprise de Dan Hudson montre ce que le travail d’équipe, un accent sur l’équilibre travail-vie personnelle, la détermination et une gestion judicieuse peuvent réaliser après quelques années de fonctionnement seulement.




Gosson Enterprises Ltd.

Steve Gosson, Saint John, (N.-B.)

Mis en nomination par la division forestière de JD Irving

Steve Gosson fait du transport forestier depuis neuf ans, mais sa connaissance du camionnage ne s’arrête pas là. Il a grandi autour de l’entreprise de transport de son père à Saint John. Compte tenu de cette inspiration et de son ambition, il a passé 20 ans à conduire des camions-citernes en train double de type B pour Irving Oil puis 10 autres années pour Day & Ross, ce qui lui a donné de l’expérience et des « trucs du métier » pour exploiter avec succès sa propre entreprise.

C’est en 2012 qu’il a vu une annonce pour du transport de bois pour la division forestière de JD Irving (JDI) et qu’il a pris la décision de délaisser le transport routier. Avec une seule remorque à copeaux, il a commencé à faire du transport pour les déchiqueteuses à fléaux de JDI d’abord dans le sud du N.-B. et à partir de la N.-É. à l’occasion. Il y avait beaucoup à apprendre sur le transport en forêt et quand ses connaissances et son niveau d’aisance ont augmenté, Steve a ajouté une nouvelle unité en 2015, puis une troisième en 2020, dans une progression planifiée.

La majeure partie du transport se fait à partir de la forêt, avec des trajets aux scieries, selon la demande du système de répartition de JDI. Les trois véhicules travaillent sur un cycle de cinq jours et 24 heures et compte tenu de l’approche de Steve en matière de remplacement du matériel (il remplace les tracteurs aux deux ans et les remorques aux trois ans), il obtient un potentiel d’utilisation des camions très élevé.

Il met aussi beaucoup l’accent sur la « spécification judicieuse » de ses tracteurs et remorques, ce qui mène à de faibles poids à vide et à des composantes à la hauteur du défi de transporter des copeaux en forêt. Steve a introduit et partagé plus d’une idée qui a finalement été adoptée par le reste de la flotte.

Pour atteindre un taux d’utilisation élevé de ses camions, Steve met beaucoup l’accent sur l’entretien préventif; les entretiens et réparations majeurs sont faits par le concessionnaire, y compris pour ce qui est des pneus, à des ateliers spécialisés dans les pneus de Saint John et de Sussex. Pour limiter ses frais généraux et ne voulant pas assumer les coûts d’exploitation d’un atelier, tous les travaux mineurs d’entretien et de réparation se font à l’arrière de son camion d’une demi-tonne, les pièces de rechange additionnelles se trouvant dans le garage de sa maison.

Quand on parle à Steve, on comprend rapidement qu’il est vraiment passionné par le camionnage. Il établit des attentes claires pour ses conducteurs dans tous les aspects de son entreprise, de la sécurité à la production et au contrôle des coûts. Son point fort est l’attention qu’il porte aux chiffres et aux détails de son entreprise. Il considère qu’il est là pour appuyer ses employés, communiquant régulièrement avec chacun d’eux.

Une équipe de six conducteurs réguliers et d’un à temps partiel, en plus de lui, font rouler les camions toute l’année. Le roulement de son personnel est minimal, en partie parce qu’il offre un régime complet de soins médicaux, des journées de maladie, un régime de retraite avec contribution de l’employeur ainsi qu’un système de bonis hebdomadaires. Travaillant selon les quarts de travail de 12 heures courants dans le domaine, tous sont à la maison le soir. L’épouse de Steve tient les livres et fait le suivi des coûts de l’entreprise.

Chaque trois mois, il tient une réunion de sécurité à l’interne, y compris une mise à jour sur l’installation des chaînes avant l’hiver. Cet intérêt pour la communication et la sécurité, en plus des cours de JDI et des réunions de printemps, a mené à un excellent dossier en matière de sécurité, avec aucun accident avec perte de temps! Les activités sont bien gérées et respectent les exigences strictes de conformité relatives au surpoids, ce qui n’est pas un mince exploit avec les déchiqueteuses à fléaux.

Comme entrepreneur en transport forestier prospère, Steve Gosson se met la barre haute, mais est malgré tout prêt à partager tout ce qu’il a appris pour aider les autres dans le secteur, ainsi que pour appuyer sa communauté.



Mira Forestry Development Ltd.

Gary Reginato, Albert Bridge, (N.-É.)

Mis en nomination par Port Hawkesbury Paper

Gary a grandi au milieu de la machinerie forestière utilisée par son père et en 1986, avec son épouse Dale, a fondé Mira Forestry Development. Les premières années, ils se sont concentrés sur des travaux sylvicoles et de récolte dans l’est du Cap Breton, commençant par des opérations manuelles. Au début des années 2000, ils ont acheté leur première abatteuse multi, ce qui leur a permis d’étendre leurs activités à la fourniture de bois à pâte à Port Hawkesbury Paper, de bois de colombage et de billes de résineux ainsi qu’au feuillu pour leur propre production de bois de chauffage.

Ayant nettement l’esprit entrepreneurial, ils ont pris de l’expansion dans les planchers de bois francs au début des années 2000, expédiant leurs produits en Allemagne, et plus récemment, ont fait un important virage vers le chauffage au bois, concevant, construisant et exploitant des systèmes de chauffage aux copeaux de bois pour deux grandes écoles de la municipalité régionale du Cap-Breton.

Aujourd’hui, les fils de Gary et Dale, Ryan et Landon, se sont joints à l’entreprise où ils s’occupent respectivement des opérations de camionnage/bois de chauffage et de chauffage aux copeaux de bois. Même si la compétition est rude pour la main-d’œuvre dans le secteur, les effectifs de Mira sont très stables, la plupart des employés ayant plus de 17 années de service. L’entreprise compte 13 employés – cinq opérateurs et trois personnes à la cour à bois, un technicien forestier qui fait toute la planification et les quatre membres de la famille qui s’occupent de la gestion de l’entreprise.

Le virage vers le déchiquetage pour le chauffage, un rêve de Gary qui remonte à 30 ans, a ouvert des possibilités uniques pour les activités de récolte en terrain privé. Souvent mis au défi par des peuplements mixtes comportant un important ratio de tiges non marchandes, l’entreprise a maintenant un marché rentable pour les cimes de feuillus convenant moins au bois de chauffage, ainsi qu’aux tiges entières de diamètre non marchand de résineux et de feuillu.

Travaillant uniquement sur des petits lots privés non industriels et sur un quart de travail, leur combinaison d’équipements actuelle convient bien : une abatteuse-groupeuse fait le tri initial pour deux façonneuses, toutes installées sur des porteurs JD 753. Tous les produits sont déplacés en bordure de chemin par deux porteurs 1010 moins récents, d’où le bois rond résineux et le feuillu de plus grande valeur sont transportés rapidement par camion; le bois de chauffage de feuillu de cinq pouces et plus est envoyé à la tronçonneuse-fendeuse au besoin. Les cimes et les petits arbres entiers sèchent en bordure de chemin, où ils seront déchiquetés par une nouvelle déchiqueteuse à tambour Mus-MAX montée sur un camion, qui souffle dans une remorque à plancher mobile pour livraison directe aux deux installations de chauffage.

Pour faciliter leurs activités, ils ont construit entre six et huit kilomètres de chemins par année à l’aide d’une excavatrice qu’ils possèdent. L’excavatrice sert souvent à améliorer des sentiers de débardage pour augmenter la productivité, plutôt qu’à étendre le réseau de chemins.

La nouvelle méthode de récolte entraîne aussi moins d’entretien pour les têtes d’abattage, maintenant que les rudes branches et cimes feuillues du Cap-Breton sont destinées à la déchiqueteuse. Le chantier de récolte visité était géré dans le cadre du partenariat des terres privées du Cap-Breton. Comme ils s’occupent maintenant seulement des branches et des cimes de résineux, c’est une situation idéale pour les traitements de suivi, notamment pour la plantation, même sans préparation de terrain dans la plupart des cas.

Mira Forestry est tournée vers sa communauté, appuyant depuis longtemps les équipes scolaires locales et le tournoi de hockey Vince Ryan.



A.K. Goodwin enterprises limited

John & Crystal Goodwin, Southhampton, (N.-É.)

Mis en nomination par Great Northern Timber (GNT)

John et Crystal Goodwin viennent tous deux de familles où les activités d’exploitation forestière, de sciage et d’acériculture remontent aux années 1800. Établie à Southampton, en Nouvelle-Écosse, l’entreprise actuelle a été fondée par le père de John à la fin des années 1940. D’abord spécialisée dans l’exploitation forestière, elle a étendu ses activités à la vente et à la réparation de petits moteurs.

John a repris la compagnie il y a 27 ans; aujourd’hui, A.K. Goodwin Enterprises Limited offre une gamme complète de travaux de récolte dans tous les types de peuplement ainsi que du transport par camion de bois rond; l’entreprise compte cinq véhicules autochargeurs et exploite une ou deux déchiqueteuses d’arbres entiers pour le marché de la biomasse, lorsqu’il y a de la demande.

Véritable affaire de famille, l’entreprise emploie quelque 25 personnes; l’épouse de John, Crystal, s’occupe du côté financier et leurs deux fils, Nick et Alex, sont chargés de la supervision et du soutien opérationnel et de la réparation/de l’entretien. Un employé à temps plein s’occupe du bureau, soit de l’administration, des pièces, de l’entretien et de l’application du programme certifié de sécurité.

Tous les achats en capital sont faits dans un esprit stratégique judicieux, le choix se portant souvent sur de « l’usagé de bonne qualité » qu’ils remettent à neuf avant de s’en servir, ce qui leur permet de fonctionner sur un seul quart. Ils ont un programme complet d’entretien maison, avec un mécanicien de jour, appuyé par un vaste stock de pièces de rechange. Du côté du camionnage, ils ont actuellement cinq véhicules autochargeurs et en auraient plus si ce n’était de la pénurie de conducteurs; tous les camions reviennent à l’atelier pour l’entretien et les réparations en dehors des heures de travail, qui se font par un mécanicien de nuit. Des camions de service équipés de réservoirs amovibles assurent le transport et l’alimentation en carburant. À la fin du quart de travail, seules les machines passent la nuit.

Lorsque nous les avons visités, il y avait neuf abatteuses multi et six porteurs en activité. Les traitements variaient du jardinage par pied d’arbre et par bouquets dans le feuillu à l’éclaircie commerciale dans le résineux et au jardinage dans des peuplements mixtes. Travaillant autrefois uniquement avec des abatteuses-groupeuses, l’entreprise est maintenant passée presque entièrement aux abatteuses multi, ayant conservé une groupeuse pour des traitements et des paramètres de peuplement particuliers (beaucoup de tiges non marchandes). La diversification ne se concrétise pas seulement par des traitements différents, mais aussi par le travail pour trois grandes sociétés propriétaires forestières, ainsi que par des travaux sur des petits lots privés.

La grande stabilité du personnel est due au solide leadership et à l’éthique de travail de John de même qu’à une rémunération et à des avantages sociaux des plus concurrentiels. Une communication quotidienne de John, Nick et Alex avec tous les employés les prévient de tout problème opérationnel ou d’entretien et ils mettent un accent marqué sur la sécurité, la qualité du travail et l’utilisation des machines. Selon John, il s’agit d’appuyer les employés pour qu’ils puissent faire leur travail le mieux possible.

Situation peut-être unique parmi les entrepreneurs forestiers, ils exploitent aussi une grande érablière, qui date d’avant la Confédération et qui comporte maintenant de 25 000 à 30 000 entailles par année. Pour la saison 2022, ils ont modernisé leur système d’osmose inverse pour améliorer leur production de sirop.

En plus de l’exploitation de l’une des entreprises forestières « de la souche à l’usine » les plus importantes et les plus prospères en Nouvelle-Écosse, l’implication dans la communauté est un aspect important de la vie des propriétaires. La gestion du cimetière local et l’aide au centre communautaire, aux équipes de balle, au club de motoneige et à des activités d’équitation complètent un calendrier déjà bien rempli.


Visitez notre page Facebook et assurez-vous de nous "aimer". 
pour être informé lorsque nous annoncerons les gagnants des candidats au
titre d'Entrepreneur forestier exceptionnel de l'année 2021 !

Powered by Wild Apricot Membership Software